Note de la fic : Non notée

[Overwatch] L'Héritage de Doomfist


Par : ItsJusAGem
Genre : Action
Statut : C'est compliqué



Chapitre 1


Publié le 14/12/2016 à 20:27:14 par ItsJusAGem

Je cours en ne pensant qu’à une chose : fuir. Je traverse les ruelles, priant pour que l’omniac ne m’ai pas suivi. Je m’arrête et m’adosse à une carcasse de voiture. Je recharge mon pistolet en jurant lorsque je constate qu’il s’agit de mon dernier chargeur. Cela fait des heures que les coups de feu ne s’arrêtent plus, les rues sont dévastées, jonchées de cadavres. Je prends un instant pour souffler un peu, je m’apprête à quitter ma position quand j’entends des bruits de pas. Je n’ai pas besoin de le voir pour savoir de quoi il s’agit, les bruit métalliques et saccadé me suffisent : il y a un bastion qui s’approche de moi. Je sers mon arme fermement, sachant pertinemment qu’un chargeur de pistolet est quasiment inefficace contre le blindage de ces machines. Je reste parfaitement immobile, priant pour qu’il ne me repère pas. Je n’entends plus aucuns sons si ce n’est celui de la vibration du bastion. Je l’entends se reconfigurer, avant que le bruit assourdissant des tirs ne se mette à retentir, puis des hurlements humains et omniacs. Une roquette traverse le ciel et viens exploser derrière moi, probablement sur le bastion, avant qu’une navette ne viennent survoler la ruelle. La navette se positionne à quelque mètre de moi, une personne débarque en sautant de celle-ci. Je remarque le logo sur la navette, je crois rêver, Overwatch viens d’arriver alors que le conflit n’a commencé qu’il y a quelques heures. Le soldat ayant débarqué du vaisseau s’approche de moi, d’un pas déterminé. J’ai du mal à croire ce que je vois. Je le reconnais immédiatement à sa carrure imposante, sa peau noire et les tatouages recouvrant ses bras, mais surtout grâce au gantelet qu’il porte au bras droit. Adhabu Ngumi, alias Doomfist, celui qui a libéré Numbani des omniacs hostile et intégré Overwatch suite à cet exploit, c’était déjà il y a plusieurs années. Il me regarde d’un air dur, avant de me tendre la main pour m’aider à me relever.

-C’est quoi ton nom petit ?
-Az… Azraël.
- Ok, tu sais t’en servir ? dit-il en montrant l’arme que je tiens dans les mains.
-Ouai, mais c’est mon dernier chargeur, et c’est pas très efficace contre les bastion.
-Peu importe, t’en aura pas besoin, reste derrière moi, je t’amène dans une zone sécurisée.

Sur ces mots, il active son gantelet et se met en route, je le suis de près tandis que nous traversons les ruelles de la ville, anéantissant le peu de résistance que nous rencontrons. Adhabu se retourne vers moi, annonçant que nous ne sommes qu’à quelques mètres de la zone sécurisé, avant de s’engager dans la prochaine ruelle, le bras en avant. Je m’apprête à le suivre quand une violente détonation retentis à quelques mètres de nous. Une roquette arrive dans notre direction. Doomfist donne un violent coup de poing dans la roquette, la faisant exploser dans un vacarme assourdissant, le souffle nous propulsant à plusieurs mètres de l’Omniac. Je me relève d’un bond et fonce a couvert dans une ruelle adjacente, suivant Adhabu de près tandis que l’omniac projette un véritable mur de projectile dans notre direction. Nous nous adossons au mur, je remarque la grimace sur le visage de l’agent d’Overwatch tandis qu’il retire son gantelet. Je jette un œil à son bras, il décrit un angle impossible, l’impact de la roquette a dû lui réduire les os en miettes. Il me tend son gant.

-Enfile le.
-Quoi ?!
-Dépêche-toi avant qu’il recharge !
-Mais je sais même pas comment ça marche !
-Tu l’enfile et tu lui fonce dessus avec ta main ouverte devant toi, ça te protègera des balles, puis tu lui colles un coup de poing, rien de plus simple. Allez !

J’enfile le gant en vitesse et sors de ma couverture. L’omniac est face à moi, il doit faire plus de deux mètres de haut, tenant une mitrailleuse lourde d’une main, un lance-roquette de l’autre. Je tends ma main en avant et me met à courir, mon opposant se met à tirer. Les balles s’arrêtent littéralement devant moi, comme stoppées par un puissant champ de force. J’arrive à sa hauteur tandis qu’il commence à recharger, le temps semble comme arrêté, je me jette sur lui et lui assène un violent coup de poing. L’impact est d’une puissance monstrueuse, l’omniac est pulvérisé tandis que je suis projeté plusieurs mètres en arrière. Je prends un instant pour me remettre de mes émotions et me relever. Adhabu me regarde avec un sourire satisfait tandis que je lui emboite le pas.
On parcourt rapidement les quelques mètres qui nous séparent de la zone sécurisée. Il s’agit en fait d’une zone entourée de barricades en métal de plusieurs mètres de haut, disposés en cercles autour de la zone. Ces murs doivent probablement être héliportés par Overwatch à côté des zones de combat pour permettre de mettre les civils en sécurité rapidement. Nous entrons dans les fortifications, constatant avec effrois le nombre de civils blessés étant pris en charge par des médecins. Une femme blonde d’une trentaine d’année vient à notre rencontre, jetant un œil au bras de Doomfist avant de lui jeter un regard circonspect.

-Encore ? demande-t-elle avec un fort accent suisse.
-J’y peux rien, je vais pas arrêter les roquettes avec ma tête. Répond Adhabu en explosant de rire.
-Une roquette ? Tu es irrécupérable…
-Mais j’ai mon docteur favori pour s’occuper de moi !
-Tu te fais vieux Adhabu, retoque-t-elle d’un air taquin.

Le médecin se retourne vers moi, regarde le gantelet que je porte encore au bras, puis esquisse un sourire.

-Au moins t’as trouvé un successeur ! dit-elle en se tournant vers Doomfist.
-Oh la ferme !
-Je me présente, Angela Ziegler, médecin et agent d’Overwatch.
-Azraël Akrahta, enchanté.

Le médecin semble légèrement surpris quand je lui dis mon prénom, en même temps ce n’est pas comme si je n’y étais pas habitué. Je suis les eux membres d’Overwatch à travers le petit camp improvisé, j’ai encore du mal à croire que j’ai rencontré des membres d’Overwatch. Angela conduit Adhabu jusqu’à un lit de camp puis examine la gravité des blessures. Elle immobilise son bras et appose ses mains à l’endroit de la fracture, elle reste ainsi quelques minutes avant de déclarer :

-C’est réparé, mais tu vas devoir te reposer un peu. Tu ne remets pas ce gant de malheur avant au moins un mois.
-Je te hais.
-Moi aussi, j’ai du boulot, salut.

Je reste figé sur place tandis qu’elle retourne s’occuper des civils. Elle vient de soigner une fracture juste en posant ses mains sur son bras ?! Je n’ai jamais vu un médecin soigner une blessure aussi vite, ses compétences biotiques doivent être bien au-dessus du commun des mortels. Doomfist me regarde fixement, me jugeant un instant.

-Un problème ? dis-je pour rompre le silence pesant.
-Je me demandais si je devais faire de toi mon successeur.
-Pardon ?!
-Je suis sérieux, je suis plus tout jeune, je ne suis pas un super soldat, j’ai des limites, je me blesse de plus en plus souvent. Tu a fait preuve de courage tout à l’heure, la plupart des gens auraient fuis devant une telle situation. Pourtant tu ne t’es pas défilé. Overwatch aura toujours besoins de plus d’agents, et le monde aura toujours besoin d’un Doomfist. Je ne pense pas avoir besoin de t’expliquer à quel point faire partie d’Overwatch est un honneur et…
-Ou est-ce qu’on signe ?

Il me regarde et se met à rire, il pose à main sur mon épaule et déclare :

-Bienvenue à Overwatch, Doomfist.

Je reste un instant muet, complètement troublé devant mon enrôlement express. A vrai dire c’est une bénédiction, rien ne me retient vraiment ici, et ça me permettra de faire quelque chose de plus constructif qu’en réparant des voitures dans un garage miteux.

-D’après ce que j’ai pu voir, la situation ici n’est pas si désespérée, on ne devrait pas mettre plus d’une heure à finir de nettoyer la ville. On ne devra pas tarder à décoller. En attendant, je vais te faire le résumé de tout ce qu’on peut faire avec le gantelet. D’abord tu vas le désactiver, il y a un bouton a l’intérieur du gant, tu devrais le trouver facilement.

Je soulève le petit capot recouvrant le bouton et appui dessus, le gantelet émet un petit crépitement.

-Le fonctionnement du gant est très simple, il emmagasine l’énergie cinétique pour pouvoir la décharger ensuite. Tout mouvement du gant, aussi minime sois-t-il, va le charger. Comme tu l’as vu tout à l’heure, si tu tends ta paume vers l’avant, cela déploie un bouclier d’énergie devant toi, ça arrête les projectiles et absorbe leur énergie cinétique. Autant dire que ça charge le gant a une vitesse folle, tu peux garder le bouclier déployé indéfiniment, sache juste que s’il surcharge, il pourrait potentiellement t’exploser au visage. Plus tu emmagasine d’énergie, plus ton prochain coup sera puissant, fait quand même attention, si tu le charge trop, la vibration de l’impact pourrait te broyer les os. Et une dernière chose, si tu tends ton poing devant toi en posant ton autre main sur ton poignet, le gant se décharge en projetant une onde de choc, c’est assez utile si tu ne peux pas approcher de tes ennemis. Je crois que je t’ai à peu près tout dit, le reste c’est l’expérience qui te l’apprendra.

Angela s’approche de nous, me jette un regard amusé tandis que j’examine le gant avant de nous dire que le conflit est terminé et que les derniers agents sont en route vers le camp. Elle nous emmène jusqu’aux navette et nous nous installons à l’intérieur, patientant jusqu’à l’arrivée des agents, les médecins conduisent les blessés dans l’hôpital de Numbani. Les soldats d’Overwatch commencent à affluer vers notre position tandis que des navettes viennent récupérer les murs de bétons. Notre navette décolle, le voyage dure une bonne heure, le temps passe plutôt vite, Adhabu a dormi pendant tout le voyage tandis qu’Angela semblait travailler sur une tablette holographique. J’observe le paysage, nous quittons les territoires Africains pour arriver sur le territoire Européens, traversant la mer et les frontières à une vitesse phénoménale. Au bout d’un moment Angela range sa tablette avant de déclarer que nous entrons sur le territoire suisse, affichant un visage fier et heureux. Au bout de quelques minutes, la navette ralentis et se place au-dessus d’un complexe impressionnant : le QG d’Overwatch.


Commentaires

Aucun commentaire pour ce chapitre.