Note de la fic : :noel: :noel: :noel: :noel:

Aria la nouvelle héritière


Par : Onlie
Genre : Réaliste, Sentimental
Statut : En cours



Chapitre 1


Publié le 03/09/2016 à 22:26:44 par Onlie

Dans ma chambre à 07h00

J'étais là, allongée dans mon lit encore endormie comme une marmotte, lorsque mon cerveau m'ordonna de me réveiller.
Je n'avais pas l'habitude de me réveiller de bonne heure sans que l'on me tire du lit, mais aujourd'hui c'était différent parce que j'allai rentrer en faculté enfin j'allai juste déposer mes affaires et préparer ma chambre.
J'avais vu tellement de films américains sur ces lieux d'études si plaisant.
Le lycée étant finis, je me devais de continuer mes études le plus loin et longtemps possible, surtout que maintenant un simple baccalauréat ne suffit plus pour trouver un bon travail.

À mon réveil inhabituel, j'étais impatiente et à la fois angoissée car ma rentrée signifiait que je devais quitter le nid famillial ainsi que mes amis et mes habitudes quotidiennes.
La fac était beaucoup trop loin pour faire l'allé-retour tout en étant à l'heure, d'autant plus que je ne possédai pas encore le permis de conduire puisque je n'avais que 17 ans. Et puis c'était une bonne occasion pour moi de découvrir la vie sans papa et maman pour être derrière moi.
Je devais au moins tenter cette année.

07h05

J'étais très en avance pour cette rentrée, mais c'était parce que je devais encore finaliser plusieures chose pour mon départ. Ma chambre était pratiquement vide, il ne restait plus que mon lit, mon armoire, mon bureau, un grand miroir et les derniers cartons à mettre dans la voiture. J'avais préparé en avance mes habits pour aujourd'hui, j'avais opté pour un jean blanc, un joli débardeur rose pâle, des chaussures à talons compensées de la même couleur et un petit gilet noir très légèr puisque nous ne sommes qu'en fin de septembre.
Je me dirigeai en direction de la porte, les vêtements à la main pour aller à la salle de bain me préparer quand la porte s'ouvrit, laissant apparaître ma mère sursautant de surprise.

-Oh mon dieu Aria, tu m'as fait peur.
-Je suis désolée maman, je ne savais pas que tu allais entrer.
-Et moi je passais pour te réveiller. Je ne pensais pas que tu étais déjà debout.
-Eh bien moi non plus, bizarrement je me suis réveillée sans l'aide de mon réveil.
-Ce doit être l'excitation, tu allais à la salle de bain ?
-Oui, j'allai me préparer.
-Dans ce cas je te laisse. Ah et le petit déjeuner est prêt, dit-elle en descendant les escaliers.

Suite à cette intervention, je me dirigeai vers la salle de bain qui se trouvait être la porte à côté. J'entrai et fermai la porte à clé, afin de ne pas subir une nouvelle visite plus gênante que la précédente.
Je me déshabillai face au grand miroir qui faisait presque ma taille, en même temps je n'étais pas bien grande, je devais mesurer 1m60 à tout casser. J'avais des yeux marrons tout comme mes cheveux qui eux descdenaient jusqu'à mes épaules. J'avais aussi des formes assez généreuses et un teint européen.
Après m'être regardée, je filai sous la douche chaude du matin.

07h40

Après une demi-heure passée sous la douche, je sortai de la cabine, enroulée d'une serviette, je me séchai puis me brossai les dents, me coiffai et je pouvais enfin sortir de la salle, propre et fraîche.

08h00

Je descendai alors dans la salle à manger. D'un rapide coup d'oeil je pus apercevoir que toute ma famille était debout: mon père lisait le journal en buvant son café, ma mère faisait la vaisselle et mon idiot de frère était sur son téléphone à moitié endormi.
-Prête pour la fac ? Me lança mon père.
-Oui, il faut bien même si j'ai un peu d'avance sur la rentrée.
-Je serais enfin tranquille, ricanna mon frangin.
-Je passerais te casser les pieds grand frère, ne t'en fais pas.
-De toute façon tu reviendras, tu ne tiendras pas une seule année en fac, Aria.
-Au lieu de lui faire peur Bastien, tu devrais prendre exemple sur elle. C'est une tres bonne élève.
-Maman, à cinquante ans il sera encore chez vous, vous verrez.
-Oula, nous serons sûrement mort nous. Et tant mieux, dit-elle ironiquement.
-Ça veux dire quoi ça ? Demanda l'abruti.
-Roooh ça va Bat. Tu as dix-neuf ans. Tu vas bien t'en aller faire ta vie avec ta copine.
-Il en a pas cet attardé. Ou si il a quelqu'un c'est sûrement un garçon. Dis-je en plaisantant.
-Je t'emmerde Aria.
-Bon ce n'est pas tout ça, terminais-je par dire. Mais je dois encore terminer de charger la voiture, dis-je la bouche pleine de pancake.
-Vas-y, répondit papa. Je te rejoins après mon café.

08h15

Je montais à ma chambre et pris deux cartons pour les descendre laissant le reste à mon père, en moins de deux la voiture était remplie.
Après avoir finis de la charger, nous montons en voiture et sortit du garage, papa klaxonna pour signaler notre départ, aussitôt Bastien et maman sortaient de la maison nous saluant.

10h20

Malgré ma grande energie, j'ai réussi à m'endormir durant tout le trajet.
Dans mon sommeil très léger, je sentis le moteur se couper.
-Aria, Aria, nous sommes arrivés.


Commentaires

Aucun commentaire pour ce chapitre.